Martinique : une mère de famille frappée pour avoir allaité en public ?

·2 min de lecture
Si la sage-femme reconnait avoir donné le premier coup, c’est parce qu’elle se sentait “en danger”, “j’étais coincée entre la portière de ma voiture et lui. Il m’empêchait de passer. Alors je me suis mise à crier, mais personne n’est venu, alors je l’ai frappé.” En réponse l’homme lui donne un coup de poing en plein visage qui la met KO. L’homme reprend sa voiture et détale. Un mois après, elle porte encore les stigmates de la violence du choc.

Âgée de 32 ans, sage-femme, Amandine Munier donnait le sein à son bébé sur un parking à Sainte-Luce quand une altercation est survenue avec un homme. Après avoir donné les premiers coups, elle a reçut un violent coup de poing au visag..

Amandine Munier va faire des courses avec son bébé de deux ans. Garée sur un parking, elle allaite sa fille avant de reprendre la route. Selon la mère de famille, un homme garé à côté lui demande si elle a besoin d’aide. Le ton aurait été “inapproprié” selon France-Antilles et elle aurait alors répondu sèchement. Les échanges s'enveniment et l’homme aurait fait plusieurs remarques selon lesquelles il était interdit d’allaiter sur la voie publique.

Si la sage-femme reconnait avoir donné le premier coup, c’est parce qu’elle se sentait “en danger” : “J’étais coincée entre la portière de ma voiture et lui. Il m’empêchait de passer. Alors je me suis mise à crier, mais personne n’est venu, alors je l’ai frappé.” En réponse, l’homme lui donne un coup de poing en plein visage, un coup qui la fait vaciller au sol. Peu ému, l’homme reprend sa voiture et détale. Un mois plus tard, la jeune femme porte encore les stigmates de la violence du choc.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une affaire en cours

Aux urgences, les médecins diagnostiquent une fracture du plancher de l’orbite et font état de 30 jours d’ITT. Le lendemain, elle porte plainte contre son agresseur qui se trouve être un pompier. Son commandant devrait prendre une décision sur son avenir suivant les décisions de justice. En attendant, le pompier a aussi porté plainte et reçu également des jours d’ITT.

La jeune mère de famille a repris le travail mais se dit toujours “stressée” et a du mal à prendre du recul. D’autant que cet événement a fait ressurgir des traumatismes du passé, notamment une agression sexuelle par le directeur de son école quand elle était enfant.

Ce contenu peut également vous intéresser :