Martinique : après l'échec du retour au calme, des tensions toujours aussi vives

·1 min de lecture

Le retour au calme aura été de courte durée. Dans la nuit de mardi à mercredi, le quartier populaire de Sainte-Thérèse à Fort-de-France, en Martinique, s'est embrasé de nouveau avec des feux de poubelles, de pneus, de palettes. Des bandes de jeunes ont également brûlé des voitures, comme ils l'avaient fait la veille. La police a déployé ses troupes en masse dans la zone, mais plusieurs coups de feu ont été tirés et des affrontements avec les forces de l'ordre ont eu lieu. Une épaisse fumée de gaz lacrymogène s'est ensuite formée après les tirs des policiers. Heureusement, aucun blessé n'est à déplorer, mais les violences face aux mesures sanitaires continuent d'éclater sur l'île.

>> Réécoutez la matinale du jour en podcast ou en replay ici

Les manifestants toujours déterminés

Les violences urbaines de la nuit se sont propagées à Ducos, dans le centre de l'île, mais aussi au Lorrain dans le nord. Des barrages enflammés ont d'ailleurs été érigés, malgré la levée d'autres barrages routiers plus tôt en Martinique. En réalité, les autorités semblent dépassées par les événements. L'un des porte-paroles de l'intersyndicale des forces de l'ordre avait annoncé dans les médias dans la soirée la levée des barrages pour éviter tout débordement, mais sur le terrain, les manifestants ont décidé de ne pas bouger d'un centimètre.

...
Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles