Martinique : à la découverte de la tradition du crabe de Pâques

Le matin est l’idéal pour aller relever les ratières posées il y a quelques jours à Sainte-Luce en Martinique. Ici, c’est le paradis des crabes et donc celui des pêcheurs aussi. Le virus de la pêche au crabe a touché Eddy alors qu’il venait de rentrer en Martinique après avoir vécu 23 ans dans l’Hexagone. Depuis, il attend chaque année avec impatience la Saint-Valentin, pour faire plaisir à sa dulcinée, mais aussi parce que le 15 février sonne l’ouverture officielle de la pêche aux crabes. Le cru 2021 serait exceptionnel Chaque week-end pendant un mois et demi, Eddy capture plus de 80 crabes qu’il bichonne ensuite chez lui jusqu’aux fêtes de Pâques. “Une fois qu’on les a pris, il faut les mettre dans un parc et bien leur donner des feuilles sèches”, indique le pêcheur de crabe de terre. Selon lui, cela permet d’assainir les crabes. Virus ou non, les clients viennent chez Eddy pour acheter des crabes car les traditions sont importantes. Sur près de 400 crabes pêchés cette année, il n’en reste que quelques-uns. Le cru 2021 serait exceptionnel.