Marseille : "Si on veut vraiment démanteler les trafics de stupéfiants, il faut viser le haut du spectre", estime une magistrate

franceinfo
·1 min de lecture

"On ne peut que se réjouir de voir arriver des moyens humains supplémentaires", a affirmé la déléguée du Syndicat de la magistrature à Marseille Clara Grande jeudi 25 février sur franceinfo, après la promesse faite par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin de l’arrivée de 300 policiers supplémentaires dans les Bouches-du-Rhône, notamment pour lutter contre le trafic de drogue. La magistrate estime toutefois que "si on veut vraiment démanteler ces trafics de stupéfiants, il faut viser le haut du spectre, c'est-à-dire ceux qui in fine vont récupérer les bénéfices générés par ces trafics". Pour cela, il faut selon elle "des services spécialisés, qui aient le temps d'investiguer, qui puissent aussi être repositionnés sur la grande délinquance économique et financière".

franceinfo : L'arrivée de ces policiers supplémentaires est-elle de nature à régler les problèmes de trafic de drogue à Marseille ?

Clara Grande : On ne peut que se réjouir de voir arriver des moyens humains supplémentaires. Mais ce n'est pas la première fois qu'il y a ce genre d'annonces à Marseille. Chaque ministre de l'Intérieur est venu à Marseille, a montré son intérêt pour nos quartiers, nos banlieues. Mais la vraie question, c'est celle des objectifs qui sont poursuivis par ces nouveaux effectifs. Si on veut vraiment démanteler ces trafics de stupéfiants, il faut viser le haut du spectre, comme on dit dans notre langage judiciaire. C'est-à-dire ceux qui in fine vont récupérer les bénéfices générés (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi