Marseille : Trois ans de prison pour un trafic d’hormones de croissance

20 Minutes avec AFP
·2 min de lecture

TRAFIC - Un homme âgé de 32 ans a été condamné à trois ans de prison et une amende de 10.000 euros pour avoir organisé un trafic d’hormones de croissance dans le milieu du culturisme

340.000 euros en réparation à la Caisse Primaire Assurance Maladie des Bouches-du-Rhône. L’organisateur d’un trafic d’hormone de croissance au sein du milieu du culturisme marseillais a été condamné ce mardi à trois ans de prison, notamment pour exercice illégal de la pharmacie et escroquerie au préjudice de la sécurité sociale. Un mandat d’arrêt a été émis contre cet homme âgé de 32 ans, client très régulier d’une salle de fitness marseillaise, qui ne s’était pas présenté devant le tribunal. Il a également écopé d’une amende de 10.000 euros.

Par ailleurs, des peines allant de quatre mois de prison avec sursis à deux ans d’emprisonnement ferme ont été prononcées contre quinze coprévenus, falsificateurs d’ordonnances et collecteurs de cartesVitale destinées à se faire délivrer les prescriptions frauduleuses.

Deux réseaux

Deux réseaux différents s’étaient fait remettre par des pharmaciens des Bouches-du-Rhône des centaines de boites d’Umatrope sur la base d’ordonnances vierges dérobées dans le bureau d’une endocrinologue de l’Hôpital Nord à Marseille ou dans celui d’un oncologue d’un (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Marseille : Prison ferme requis pour un trafic d'hormones dans le milieu culturiste
La viande « cultivée » en laboratoire pose finalement plus de problèmes qu’elle n’en résout
Parentalité : Une étude dévoile que le recours aux traitements pour infertilité est de plus en plus tardif
Perturbateur endocrinien : Le bisphénol B serait en réalité aussi toxique que le A
VIDÉO. Bisphénol A : les microplastiques présents dans l’océan sont néfastes pour le cerveau