A Marseille, le syndicat Alliance Police demande "plus de places de prison"

·3 min de lecture
Intervention de police après un règlement de comptes en 2017 dans le quartier de La Castellanne, au nord de Marseille - BERTRAND LANGLOIS © 2019 AFP
Intervention de police après un règlement de comptes en 2017 dans le quartier de La Castellanne, au nord de Marseille - BERTRAND LANGLOIS © 2019 AFP

Plus de moyens pour la police, plus de place dans les prisons, et des aides venant des autres institutions de l'État. C'est globalement ce que demande Rudy Manna, secrétaire du syndicat de police Alliance Bouches-du-Rhône et invité de BFMTV ce mercredi.

Alors qu'Emmanuel Macron est attendu dès aujourd'hui à Marseille où il doit rester jusqu'à vendredi, la question de la sécurité devra être évoquée. Ces dernières semaines, la cité phocéenne a été marqué par de nombreux épisodes de violence et de règlements de compte. Sur BFMTV, la préfète de police des Bouches-du-Rhône avait même évoqué une "accélération indéniable du phénomène d'assassinat depuis la mi-juin" à Marseille.

De l'aide à l'éducation, et plus de places de prison

Des solutions sont donc attendues par les représentants syndicaux des forces de l'ordre. Rudy Manna veut "faire passer des messages" au président de la République et lui expliquer les "difficultés du travail de policier". Et il compte bien sur cette visite à Marseille pour initier une "impulsion" qui viendrait de plusieurs corps de l'État:

"Je pense à l'Éducation nationale, avec tous ces enfants déscolarisés. Alors il est prévu de rénover les écoles, c'est super. Mais il faut aussi obliger les parents à envoyer les enfants à l'école. On a dans les trafics de stupéfiants des enfants de 13, 14 ou 15 ans, qui sont déscolarisés", déplore le syndicaliste, qui ajoute: "Il faut aussi faire la place à de vrais travailleurs sociaux qui feront passer de bons messages dans les cités. C'est très important car la prévention peut compter pour certains jeunes."

De moyens donnés à destination des plus jeunes donc, c'est ce que veut Rudy Manna. Mais pas seulement. Pour le syndicaliste, le soutien doit également venir de l'institution judiciaire:

"Dupond-Moretti a annoncé soi-disant onze arrivées. Il semblerait que ce ne soit pas vraiment onze arrivées, mais il va falloir que la justice nous aide", lance-t-il. "Le président de la République amène beaucoup d'argent. Apparemment il a une brouette avec beaucoup de billets. Mais pourquoi il ne promet pas des places de prison? Puisqu'on sait que depuis trente ans la grande difficulté que nous avons c'est de mettre les individus en prison. Je n'ai pas entendu parler de ça, mais j'espère qu'il fera cette annonce-là."

Réagissant à ces propos, des sources gouvernementales rappellent que la construction de 740 places de prison supplémentaires, livrables en 2025, a été lancée il y a 3 mois. Par la suite, à partir de 2022, les travaux du nouveau centre pénitentiaire dit "Baumettes 3", portés par un budget de 350 millions d'euros, viendront à leur tour augmenter les capacités pénitentiaires de la métropole.

Emmanuel Macron devrait aborder la question de la sécurité dès ce mercredi à Marseille. Et annoncer des mesures supplémentaires à celles déjà prises pour la cité phocéenne: cent policiers ont été envoyés cette année en renfort à Marseille, et 200 devraient arriver au cours des deux prochaines années.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles