Marseille : Raoult réplique à une évaluation sur des essais sauvages sur la tuberculose à l'IHU

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Alors qu'une évaluation d'un signalement par l'ANSM sur des "essais cliniques" contre la tuberculose menés à l'IHU de Méditerranée va être effectuée, Didier Raoult a répondu, jeudi après-midi. "Il n'y a pas de recherche sur le traitement de la tuberculose au sein" de l'établissement, a tweeté le virologue.

Le parquet de Marseille a annoncé jeudi faire une évaluation d'un signalement par l'Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) sur des "essais cliniques" contre la tuberculose qui auraient été menés à l'Institut hospitalo-universitaire de Marseille (IHU) hors du cadre légal. "Que cela soit clair, il n’y a pas de recherche sur le traitement de la tuberculose au sein du pôle maladies infectieuses et tropicales de l’AP-HM hébergé par l’IHU de Marseille", a répliqué Didier Raoult sur Twitter, jeudi après-midi.

"Des antituberculeux utilisés" depuis la Guerre

L'épidémiologiste a ensuite relayé un message du professeur Philippe Brouqui, directeur du Pôle Maladies Infectieuses et Tropicales de l'AP-HM. "Les traitements utilisés dans le pôle sont des antituberculeux utilisés depuis la Seconde Guerre mondiale" et "les médicaments incriminés bénéficient tous d'une autorisation de mise sur le matché pour d'autres pathologies", se défend le spécialiste.

Le signalement mardi par la directrice de l'ANSM auprès du tribunal judiciaire et les pièces qui l'accompagnent "font l'objet d'une première évaluation par le parquet de Marseille pour appréciation des suites à donner", a écrit dans un communiqué la procureure de Marseille Dominique Laurens. "Ce signale...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Covid-19 en France : Didier Raoult à la retraite des hôpitaux de Marseille

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles