Marseille: un quadragénaire hospitalisé après avoir été passé à tabac "gratuitement" par 5 individus

·2 min de lecture
Illustration police BFMTV. - BFMTV
Illustration police BFMTV. - BFMTV

Lundi 24 mai, un homme de 45 ans a été roué de coups par cinq jeunes à Marseille, révèle La Provence ce mardi. À la nuit tombée, la victime a été la cible d’un lynchage gratuit, sans raison, d’après le parquet. Quatre individus ont depuis été interpellés, tandis qu’un autre mis en cause est toujours recherché.

Un déchaînement de violences

Ce soir-là, la victime, Richard, 45 ans, se promenait avec sa compagne dans le quartier du Panier lorsqu’il a été attaqué par une bande de jeunes. Tandis que sa conjointe a pu rejoindre leur véhicule pour se protéger, l’homme a subi un déchaînement de violences inexpliquées. Selon une source proche du dossier qui a témoigné à La Provence, ses agresseurs lui ont infligé des coups de poing et de pieds, mais l’ont aussi attaqué à l’aide de madrier, de larges pièces de bois utilisées dans la charpenterie.

Il a été "gratuitement et violemment agressé par un groupe de cinq individus", confirme le procureur de la République de Marseille, Dominique Laurens, dans un communiqué diffusé ce mardi à la mi-journée.

La victime a alors insisté pour rentrer chez lui, avant d’être transporté d'urgence à l’hôpital vers 4 heures du matin. Son état de santé s’était gravement empiré, le pronostic vital était engagé et il a dû être placé en coma artificiel, indique le parquet de Marseille. Une Incapacité Temporaire Travail (ITT) provisoire de 60 jours lui a depuis été délivrée. Selon nos informations, il est toujours hospitalisé.

Alcool, stupéfiants et protoxyde d’azote

En parallèle, une enquête a été ouverte et confiée à la Brigade de Sûreté Urbaine (BSU), qui a rapidement identifié les suspects grâce à la vidéosurveillance. Quatre jeunes, dont un mineur, ont ainsi été placés en garde à vue en milieu de semaine dernière. L’un d’entre eux a reconnu l'essentiel des coups infligés à la victime.

Lors des auditions, ils ont expliqué avoir agi sans aucun motif valable, entraîné par l’alcool, les stupéfiants et une consommation de protoxyde d’azote. Trois d’entre eux ont déjà un casier judiciaire. Ils ont été déférés devant le juge samedi dernier et placés en détention provisoire, tandis qu’une information judiciaire du chef de tentative d’homicide a été ouverte. "L’instruction se poursuit pour l’identification du cinquième homme", précise le procureur.

Article original publié sur BFMTV.com