Marseille: prison ferme requise contre un ex-député, accusé d'avoir joué des fonds publics au casino

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La balance de la Justice (illustration) - AFP
La balance de la Justice (illustration) - AFP

Dix-huit mois de prison dont six avec sursis ont été requis, mercredi à Marseille contre l'ex-député socialiste Henri Jibrayel accusé d'avoir utilisé des fonds publics pour jouer au casino et rembourser le crédit d'un véhicule à usage privé.

Le procureur Mathieu Vernaudon a également réclamé une amende de 10.000 euros et une inéligibilité durant trois ans pour ce "détournement de fonds" publics versés par l'Assemblée nationale.

"L'argent des dépenses de jeu, c'est mon argent, je n'ai pas utilisé d'argent public, je le dis solennellement", s'est défendu l'ancien homme politique, élu dans les quartiers pauvres du nord de Marseille et aujourd'hui âgé de 70 ans. Il a reconnu son addiction au jeu "pour des problèmes personnels" et s'est fait interdire de casino.

"Affaiblissement de la démocratie"

Son défenseur Me Jorge Mendes Constante a réclamé sa relaxe, "ce dossier ne permettant de dire que l'argent joué provenait de l'Assemblée nationale", selon lui.

Le procureur a justifié ses réquisitions par des pratiques "gravement attentatoires au pacte social que Henri Jibrayel doit faire vivre".

"Ce genre de comportement, l'utilisation de fonds publics à des fins personnelles, contribue à l'affaiblissement de la démocratie", a-t-il estimé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles