Marseille, Nîmes, Rennes… Pour vaincre le trafic de drogue, inspirons-nous du Salvador !

50 morts, c’est le nombre record d’assassinats en bande organisée à Marseille en 2023. Les règlements de compte liés au trafic de drogue sont désormais si nombreux que la langue française s’est même enrichie d’un nouveau mot, le « narchomicide ».

Il faut dire que la tendance actuelle justifie cette innovation lexicale que l’on doit à l’ancienne procureure de Marseille, Dominique Laurens. Il n’y avait en effet que 20 narchomicides et 12 blessés en 2020 à Marseille, contre donc, une cinquantaine de narchomicides en 2023 et 132 blessés, selon les chiffres du président du tribunal judiciaire.

À lire aussi « Narcoville » : la bataille de Marseille

Mais, si Marseille est incontestablement la capitale française de la narcocriminalité, le phénomène progresse aussi très vite dans le reste du pays. Année après année, la France se couvre ainsi de points de deals. Comme l’analysait Jérôme Fourquet, la France périphérique connaît une activité prospère, les points de deals. Selon les données du ministère, il y a désormais au moins un point de deal dans chaque département français : Briançon, Saint-Malo, Niort, Montargis, etc. Sur l’ensemble du pays, il y a 2 fois plus de points de deal que de restaurants McDonald’s…

Une croissance qui a pour conséquence les violences évoquées et pour cause la hausse continue du nombre de consommateurs : selon l’OFDT, en l’an 2000, 0,3 % de la population française était consommatrice de cocaïne contre 1,6 % aujourd’hui. Une multiplication par ...


Lire la suite sur LeJDD