A Marseille, la mosquée salafiste qui ne veut pas fermer

·1 min de lecture

Nul n'arrive par hasard à Consolat. Trouver cette mosquée des quartiers nord de Marseille tient du jeu de piste postmoderne, à travers un enchevêtrement de routes au bitume fatigué. Coincées entre un coude de l'autoroute A55 et une voie ferrée s'élèvent une dizaine de barres HLM frangées de parkings. Bienvenue à Consolat : ses 7.500 habitants, son alimentation générale et sa mosquée. À première vue modeste et paisible, le lieu de culte – dans les anciens locaux d'un club de foot – est pourtant bien dans le viseur des autorités.

Signe particulier : elle apparaît, avec d'autres mosquées signalées un peu partout en France, dans une note confidentielle des renseignements territoriaux sur la lutte contre le fondamentalisme islamiste : "Si la majorité des dirigeants des mosquées ciblées tentent de redorer leur image, une minorité a décidé de contre-attaquer l'État." Parmi ces irréductibles : "Les représentants de la mosquée salafiste Consolat [qui] maintiennent leur lieu cultuel en dépit d'un arrêté de fermeture."

L'imam de Consolat, un maçon de 45 ans

À première vue, pourtant, l'affaire pourrait sembler minime : des autorités qui notifient, en vain, des manquements à la sécurité aux dirigeants d'une mosquée de 400 places. Sauf que voilà quatre ans que cela dure. Injonction de travaux (une histoire de sortie de secours à sécuriser, comme c'est parfois le cas dans ce type d'établissement), contrôles, relances, injonctions de fermeture immédiate… Rien n'y fait. Les responsables conti...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles