Marseille : Jusqu’à trois ans de prison ferme requis au procès de l’escroquerie à la viande chevaline

Gérard Julien AFP

ALIMENTATION - Le procureur de la République a requis jusqu’à cinq ans de prison ferme dans le procès d’une vaste affaire d’escroquerie à la viande de cheval impropre à la consommation à Marseille

Une « déresponsabilisation massive »… Jusqu’à cinq ans de prison dont deux avec sursis ont été requis par le procureur de la République mardi à Marseille, contre dix-huit prévenus français, belges et néerlandais mis en cause dans une vaste affaire d’escroquerie à la viande chevaline.

Le représentant du ministère public, Guillaume Bricier, a fustigé « le jeu de chacun des acteurs de dire : "Je n’ai rien à me reprocher parce que c’est l’autre" ». Dans la ligne de mire de son réquisitoire : les maquignons, rabatteurs et vétérinaires, hommes quinquagénaires ou sexagénaires pour la plupart, auxquels il est reproché d’avoir participé à l’introduction dans la filière alimentaire d’animaux impropres à la consommation au moyen de faux documents.

100.000 euros d’amende

Cinq ans de prison dont deux avec sursis ont été requis contre le principal mis en cause, Jean-Marc Decker, 58 ans, important négociant belge d’équidés en Europe, ainsi que 100.000 euros d’amende, l’interdiction d’exercer le métier de boucher équin et une interdiction de séjour de cinq ans sur le territoire français.

Des peines allant de six mois avec sursis à quatre ans dont deux avec sursis ont été demandées contre les autres prévenus de ce procès p(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Marseille : « Avant toutes ces lois, c'était beaucoup plus simple », peste le principal prévenu du procès d'escroquerie à la viande chevaline
Les habitants des Hauts-de-France plus gros consommateurs de viande de chevaux maltraités ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles