Marseille : des habitants alertés de la pollution des eaux avec six ans de retard

Six ans, c'est le temps qu'il a fallu à la mairie de Marseille pour informer les habitants du quartier de Saint-Louis, dans le nord de la ville, de la pollution au chrome des eaux souterraines, rapporte Le Figaro. "Six ans après seulement, on prend la peine de nous alerter ? Le maire, il s'en fout des quartiers Nord !", s'indigne Élisabeth Pelliccio, vice-présidente de la confédération des comités d'intérêt de quartier (CIQ).

Ce n'est qu'à l'automne dernier que les 9.000 habitants concernés par cette pollution des eaux au chrome VI, un cancérogène, n'ont été alertés par courrier. Pourtant, même l'entreprise responsable de cette contamination a été condamnée, dès 2014. Le problème avait été signalé au préfet dès 2013. Dans un mail adressé à l'AFP, dont Le Figaro se fait l'écho, la préfecture assure que le préfet "est intervenu auprès du maire de Marseille afin qu'il prenne, au titre de son pouvoir de police générale, un arrêté de restriction de l'usage de l'eau non potable sur le secteur de la pollution".

>> A lire aussi - Les PV de stationnement ont flambé en deux ans à Marseille

"Des risques pour la santé publique"

Interpellée à ce sujet, la mairie de Marseille s'est défendue en indiquant avoir publié un arrêté interdisant la consommation des eaux des puits dans le quartier de Saint-Louis le 25 mars 2019. Soit plusieurs années plus tard, "le temps d'obtenir les résultats des analyses". Ces dernières ont effectivement "démontré que les teneurs en chrome dans les eaux souterraines sont susceptibles de générer des risques pour la santé publique", précise la municipalité dans son arrêté, relayé par Le Figaro.

>> A lire aussi - Marseille : la médecin s'auto-prescrivait des arrêts maladie depuis huit ans

Selon France Nature Environnement, alors que le seuil autorisé est de 0,1 mg/l, "la valeur en 2013 à 400m du site était de 127 mg/l soit 1.000 fois plus !" La préfecture des Bouches-du-Rhône rappelle pour sa part avoir pris un arrêté d'urgence le 23 mars 2013 et mis en demeure

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ces curieuses formations au bien-être proposées par Pôle emploi
Assurance vie : comment protéger vos proches avec la clause bénéficiaire ?
Calais, une ville qui aime dilapider ses subventions
Coronavirus : vos envois postaux suspendus vers la Chine
Twitter : attention aux "publicités Jean-Pierre Pernaut" qui tentent de vous arnaquer