Marseille : les frères Guérini revendiquent leur « droiture » à l’ouverture de leur procès

Source AFP
·1 min de lecture
Jean-Noël Guérini comparaît avec son frère Alexandre pour un présumé système clientéliste utilisé à leur profit.
Jean-Noël Guérini comparaît avec son frère Alexandre pour un présumé système clientéliste utilisé à leur profit.

« Toute ma vie, j'ai été d'une droiture exemplaire » : ex-baron du Parti socialiste marseillais, le sénateur Jean-Noël Guérini a affirmé lundi sa probité à l'ouverture du procès qui lui vaut de comparaître avec son frère Alexandre pour un présumé système clientéliste utilisé à leur profit. Peu avant 8 h 30, l'ancien patron du conseil général des Bouches-du-Rhône, de 1998 à 2015, aujourd'hui âgé de 70 ans, est arrivé visage fermé caché derrière un masque chirurgical, sans un mot, et s'est engouffré dans la salle d'audience dès son ouverture. Son frère cadet Alexandre, homme d'affaires dans la gestion de déchets, lui a succédé quelques minutes plus tard, lui aussi sans faire de déclaration.

Assis côte à côte au premier rang des bancs des prévenus, les deux frères vont comparaître devant le tribunal correctionnel de Marseille jusqu'au 9 avril avec neuf autres personnes physiques et une personne morale, la société SMA Environnement d'Alexandre Guérini. Face à eux, trois juges chevronnés, dont la présidente Céline Ballérini, doivent décortiquer les dix volets d'un dossier tentaculaire pour lequel le département des Bouches-du-Rhône, aujourd'hui dirigé par la droite, s'est constitué lundi partie civile. « Prise illégale d'intérêt, abus de confiance, favoritisme » : derrière les qualificatifs juridiques, il y a « un dévoiement généralisé de la chose publique au service d'intérêts économiques privés », a résumé le juge d'instruction dans son ordonnance de renvoi, l [...] Lire la suite