Publicité

Marseille : les familles meurtries demandent un monument pour les victimes du trafic de drogue

Marseille est touchée en plein cœur par le trafic de drogue. Au cours de 2023, 47 personnes sont mortes dans la ville en marge de ce marché illégal, soit le plus haut total jamais atteint lors d’une année civile. Dans une tribune publiée vendredi 2 février dans les colonnes de Libération, des militants associatifs et des familles de victimes « inconsolables », tentent d’alerter l’opinion après ces trop nombreuses disparitions. « Des années que nous sonnons l’alarme », déplorent-ils face à l'inaction constante.

Un lieu commémoratif

Les signataires de la tribune demandent la création d’un monument pour les victimes du trafic de drogue. « Nous voulons un lieu commémoratif dans notre ville, expliquent-ils. Il pourrait guérir les blessures collectives et ouvrir un possible espoir : donner la possibilité aux familles qui le souhaitent, les jeunes, les moins jeunes qui pleurent la perte d’une sœur, d’un frère, d’un ami, d’un oncle, d’une mère ou même d’un père de se recueillir. »

Une sorte de monument aux morts en somme, comme en possèdent « la presque totalité des communes [qui] ont servi d'expiatoires au deuil [et] contribué à la reconnaissance de drames majeurs comme celui que nous subissons depuis des années », peut-on relever d’après les revendications des signataires. Surtout, ce lieu commémoratif « ne doit pas être une simple stèle sur un morceau de terre », mais un véritable « symbole » ayant un pouvoir de réparation pour les proches et de construction pour « la jeunes...


Lire la suite sur LeJDD