Marseille : deux hommes abattus à la kalachnikov dans le quartier de l’Estaque

Le Parisien
Les deux hommes ont été tués dans les locaux d’une amicale sportive

Ce double homicide s’apparente une nouvelle fois à un règlement de comptes.

La violence continue de régner dans les quartiers nord de Marseille. Deux hommes ont été abattus à la kalachnikov dans la nuit de vendredi à samedi, au bout du port de l’Estaque, révèle La Provence.

Vers 1 heure du matin, les deux trentenaires ont été visés alors qu’ils étaient dans les locaux de l’amicale sportive Kuhlmann (ASK). Ils sont décédés sur place. L’enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire de Marseille. La piste du règlement de compte est pour l’instant privilégiée.

Ce double homicide survient quelques jours après une opération commando d’hommes armés de kalachnikov à La Busserine, au cours de laquelle notamment des policiers avaient été mis en joue.

10e et 11e victimes d’un règlement de compte ?

« Nous allons réagir et montrer que partout force reste à la loi », avait assuré Gérard Collomb en se rendant jeudi soir dans un commissariat des quartiers nord marseillais. « L’Etat de droit doit régner partout », avait insisté le ministre de l’Intérieur.

Si la piste se confirme, il s’agira des 10e et 11e victimes d’un règlement de compte depuis le début de l’année dans le département. En 2017, 14 personnes avaient perdu la vie dans des règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône, selon la préfecture de police, contre 29 en 2016.

Dans la plupart des cas, il s’agit d’affaires liées au trafic de drogue. Lors de son discours sur les banlieues mardi dernier, Emmanuel Macron a promis un plan contre ce trafic d’ici juillet.

Lire la suite sur LeParisien.fr

Etats-Unis : trois femmes blessées par une camionnette, le conducteur arrêté
Un djihadiste de 27 ans remis à la France par la Turquie
Fillette noyée dans le Nord : l’adolescent qui avait pris la fuite écroué
Paris : deux éboueurs en garde à vue après le vol d’un camion poubelle
CRS agressés à Grenoble : une information judiciaire ouverte pour violences

Ce contenu pourrait également vous intéresser :