À Marseille, des dealers font leur pub dans un clip publié sur internet

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans un clip diffusé sur internet, des dealers exposent leur marchandise. (Photo d'illustration : Getty Images/iStockphoto)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des dealers de Marseille font la promotion de leur marchandise dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux et assurent aux clients "un accueil chaleureux".

Des dealers du 10e arrondissement de Marseille, de la cité Château Saint-Loup ont décidé de faire la promotion de leurs produits dans une vidéo diffusée sur internet, rapporte France Bleu Provence

Les images présentent la marchandise sur fond d'une musique rap. Les vendeurs assurent alors "un accueil chaleureux" et un service continu toute la semaine. 

À l'exception des images finales mettant en scène une exécution, un policier ayant découvert la vidéo sur internet, reconnaît que le clip est "même plutôt séduisant" et s'étonne de l'utilisation des codes de la publicité par les dealers qui n'ont pas cherché à se cacher. 

D'après la radio locale, les clients ont pu suivre en direct sur les réseaux sociaux, l'état des stocks et passer commande.

"Un sentiment d'impuissance totale"

Cette vidéo, très partagée sur les réseaux sociaux, a fait réagir la députée des Bouches-du-Rhône Alexandra Louis qui dénonce des "délinquants qui tiennent en otage les habitants de ces quartiers et pourrissent littéralement la vie de nombreux marseillais".

Du côté des habitants, "il y a un sentiment d'impuissance totale". Le président des comités d'intérêt de quartier du 10e arrondissement a expliqué à France Bleu que depuis plusieurs mois, des flyers étaient "distribués directement dans les boîtes aux lettres" pour faire connaître les tarifs de la drogue. 

Selon la radio locale, les CRS devaient intervenir à la cité Château Saint-Loup. Le Parisien a contacté le ministère de l'intérieur qui n'a, pour le moment, pas donné de détails. 

Une source judiciaire a indiqué au journal qu’une enquête est engagée pour "provocation à l’usage ou au trafic de stupéfiants." La peine encourue est de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende.

VIDÉO - "J'ai touché un peu à tout" : les confidences sans filtre de Florent Pagny sur sa consommation de drogues

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles