Marseille : la crise sanitaire a fait doubler la population de chats errants

Sur les hauteurs de Marseille (Bouches-du-Rhône), ils sont devenus les gardiens du cimetière. Des chats errants ont trouvé refuge dans ce lieu calme. Rien qu'ici, ils seraient déjà une centaine. Dans toute la ville, on n'en dénombrerait pas moins de 5 000. Dominique Assan-Forestier est l'une des "mères nourricières", qui s'occupent de ces chats. "Elle, elle va faire des petits. Il va y avoir du peuple", fait-elle remarquer. Un réseau de 130 bénévoles Dominique n'est pas au bout de ses peines, car les chats se reproduisent très vite. Un seul couple de chat peut donner naissance à 12 chatons en un an, qui eux-mêmes auront 140 petits en deux ans, qui à leur tour donneront 1 700 chatons en 3 ans, et plus de 20 000 en 4 ans. Face à cette reproduction exponentielle, la seule solution est la stérilisation. Mais pour cela, encore faut-il parvenir à les attraper. C'est la périlleuse mission des 130 "mères nourricières", armées de pièges. C'est sur ce seul réseau de bénévoles que compte la SPA pour récupérer les chats à stériliser. À cause de la pandémie de Covid-19, l'association est encore plus débordée que d'habitude. Les confinements empêchant de poursuivre les stérilisations, la population de chat a doublé à Marseille.