Marseille craint un trop fort afflux de touristes cet été, veut moins de promotion !

·1 min de lecture

Marseille va-t-elle être le théâtre d'une "surfréquentation" touristique cet été, sur fond de fin attendue de la pandémie de Covid-19 ? "Il faut amplifier les moyens dévolus à l'accueil des touristes et réduire ceux dévolus à la promotion de la ville", a insisté l'adjoint au maire au Tourisme durable, Laurent Lhardit, lors d'une visioconférence, en regrettant que l'office métropolitain du tourisme (OMT) ait prévu de dédier "plus d'un million d'euros à des opérations de publicité ou pour des salons" afin de vendre la destination marseillaise.

Pour la municipalité, dirigée depuis juin par le Printemps Marseillais, large alliance de la gauche et des écologistes, après 25 ans de règne du maire LR Jean-Claude Gaudin, la priorité devrait être mise sur l'accueil et l'information des touristes. "Il ne s'agit pas de limiter l'accès à Marseille mais de diversifier les lieux d'accueil", a expliqué M. Lhardit, estimant à "une centaine" le nombre d'agents qu'il faudrait former et recruter. Répondant à ces critiques, le président de l'OMT, Marc Thepot, a précisé à l'AFP que "la stratégie de l'Office visait seulement à promouvoir la destination Marseille sur les +ailes+ de saison, et notamment sur le mois de septembre".

>> A lire aussi - Stéphane Richard bientôt président du port de Marseille ?

Et face à ce problème de la surfréquentation des mois de juillet et août, l'OMT "a développé des parcours touristiques alternatifs dans la ville, pour éviter les sempiternels sites de Notre-Dame de la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’UE veut des règles pour encadrer l'intelligence artificielle (IA)
Covid-19, économie, Bélarus… les annonces de Vladimir Poutine sur la Russie
L’Australie rompt un contrat avec la Chine sur la Route de la Soie, "incompatible” avec sa politique étrangère
Turquie : Erdogan dénonce les "mensonges" et la "trahison" de l’opposition sur les réserves de la banque centrale
Le cri d'alarme d'élus drômois et ardéchois face aux pannes de téléphone