Marseille : un carnaval sauvage rassemble des milliers de personnes en pleine pandémie

Dimanche 21 mars, ils étaient des centaines à défiler, collés les uns aux autres, le plus souvent sans masque, au cœur de la cité phocéenne. “Après un an de galère, ça fait trop plaisir de pouvoir être au soleil, avec des gens, c’est génial”, lance un jeune avec un masque de carnaval. “C’est compliqué de rester chez soi quand on voit qu’il y a des petits évènements comme ça le dimanche après-midi", ajoute un jeune homme, portant lui un masque anti-Covid. L’année dernière, le traditionnel carnaval de la plaine avait été annulé à cause de la pandémie. Cette année, les carnavaliers n’ont pas résisté à l’appel de la fête, allant jusqu’à brûler leur char, fidèlement à la tradition. La colère de la préfecture de police Cette manifestation non déclarée a provoqué la colère de la préfecture de police, qui a dénoncé dans un tweet “l’irresponsabilité totale des participants" en pleine crise sanitaire. En début de soirée, les forces de l’ordre ont dispersé les participants. Dans les Bouches-du-Rhône, le taux d’incidence est de 315 cas pour 100 000 habitants.