Marseille : les autorités étaient "dans le déni" malgré un rapport alarmant en 2015

franceinfo
Christian Nicol, ancien inspecteur général de l'administration du développement durable, a publié un rapport en 2015 sur l'état du logement à Marseille. Il indique avoir été accusé de "parti pris" à l'époque.

Les autorités publiques étaient "dans le déni" malgré la publication en 2015 d'un rapport alarmant sur l'état d'insalubrité de 40 000 logements à Marseille, a estimé ce mardi 6 novembre sur franceinfo Christian Nicol, ancien inspecteur général de l'administration du développement durable et auteur de cette étude qui dit avoir été accusé de "parti pris" à l'époque. Lundi, trois immeubles se sont effondrés dans le quartier Noailles à Marseille, faisant au moins trois morts.

franceinfo : Dans quel état était le parc immobilier à Marseille en 2015, quand vous avez rendu votre rapport ?

Christian Nicol : Marseille était la ville d'Europe qui probablement comportait le plus d'habitat indigne, c'est-à-dire le plus de logements insalubres ou menaçant de tomber en ruines. La ville n'était pas complètement inactive mais les actions qu'elle engageait avaient des résultats faibles. D'une part, les effectifs des agents dans les services qui travaillaient sur ces questions-là n'étaient pas à la hauteur du problème. Du côté de l'État pour l'insalubrité, ce n'était pas mieux : il y avait un seul agent qui s'occupait des problèmes d'insalubrité dans toute la région. Comment voulez-vous qu'il y arrive ? Du coup, alors que c'est la ville qui a le plus d'habitat (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi