Marseille : Après les assassinats de leurs enfants, leurs proches réclament justice.

Chaque année, en moyenne, la ville de Marseille recense quelque trois cents assassinats. Les proches de victimes se mobilisent pour réclamer justice.

Le soleil cogne fort ce matin sur la place de la Joliette, près du Vieux-Port à Marseille. Vingt-cinq cercueils en carton sont posés sur la terrasse d’un café, face au marché. Autour, des dizaines de personnes, mines tristes, regards bouffis par les larmes. Tous pleurent un fils, une fille, un neveu, un copain. Tous assassinés, par des rafales de kalachnikovs pour la plupart. Ce mercredi 15 juin, vers midi, le cortège silencieux, organisé et mené par les membres de l’association Alehan - un organisme qui vient en aide aux familles démunies en leur apportant un soutien juridique, psychologique, administratif - s’élance vers le tribunal. « Nous manifestons en mémoire de ces enfants tués pour réclamer justice, déclare Halima Bou, sa présidente. Et sensibiliser l’opinion public à cette guerre sans fin, à ces crimes trop souvent impunis ».

Vingt-cinq cercueils en carton pour symboliser les victimes des assassinats à Marseille.
Vingt-cinq cercueils en carton pour symboliser les victimes des assassinats à Marseille.

Vingt-cinq cercueils en carton pour symboliser les victimes des assassinats à Marseille. © Emilie Blachère

Chaque année, en moyenne, la ville recense quelque trois cents assassinats, dont près de 48 % seraient élucidés selon les(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles