Marseille : ils agressent des policiers et libèrent un suspect interpellé

·1 min de lecture
Un policier a été blessé dans l'affaire (illustration).

Une dizaine de personnes ont attaqué des policiers en pleine intervention, récupérant de l’argent et libérant un trafiquant présumé.

Quelques jours après la visite d’Emmanuel Macron et l’annonce d’un plan d’urgence pour venir en aide à Marseille, un nouveau fait divers vient illustrer la difficulté pour les policiers d’intervenir dans les quartiers nord. Comme le révèle La Provence, lundi, une descente de la brigade spécialisée de terrain du 13e arrondissement de Marseille autour d’un point de drogue s’est mal déroulée.

Les policiers ont voulu interpeller un jeune homme qui, selon eux, était soupçonné de vendre de la drogue. Une importante somme d’argent a été retrouvée sur lui après fouille. La Provence explique qu’il est d’usage, pour ce type d’intervention dans les quartiers nord, de rester sur place après l’opération pour fouiller les parties communes des immeubles alentour à la recherche de stupéfiants et pour interrompre l’organisation du trafic.

L’individu interpellé a pris la fuite

C’est alors qu’une dizaine d’individus ont attaqué, ciblant notamment les trois policiers restés aux côtés de l’individu interpellé. L’un d’entre eux a reçu un coup de bâton derrière la tête : 10 points de suture et 7 jours d’ITT. Les malfaiteurs parviendront à se saisir de la somme d’argent saisie par la police dans la sacoche du jeune homme et lui permettront de prendre la fuite, toujours menotté

À LIRE AUSSI« Ne lâchez rien ! » lance Macron aux policiers marseillais

Des policiers de la division nord arrivés ensuite en renfort ont interpellé deux personnes pendant qu'ils étaient visés par des projectile [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles