Mars : ce signal carbone détecté par Curiosity trahit-il la présence de vie ?

·1 min de lecture

Cela fait maintenant bientôt 10 ans que Curiosity parcourt le cratère Gale. Dix ans que le rover de la Nasa renvoie aux astronomes des données qui les aident à reconstruire peu à peu l’histoire de la planète Mars. Et aujourd’hui, des chercheurs rapportent avoir découvert, dans des échantillons de sol martien, une signature troublante. Le type de signature qui, sur notre bonne vieille Terre, est associée… à des processus biologiques !

Est-ce à dire que les astronomes ont enfin mis la main sur le Graal ? Qu’ils ont découvert la preuve de l’existence de formes de vie extraterrestre ? N’allons pas trop vite en besogne. Car même si les chercheurs qualifient leurs observations d’« extrêmement intéressantes », ils ont aussi déjà en tête d’autres processus plausibles pour les expliquer. Des scénarios « non conventionnels », certes, mais qui vont devoir être explorés avant de pouvoir conclure.

Mais qu’ont-ils vraiment découvert ? Des roches avec des compositions en isotopes du carbone surprenantes. Rappelons que le carbone possède deux isotopes stables. Le carbone 12 et le carbone 13. Et comme le premier réagit plus rapidement que le second, une analyse de leurs quantités relatives dans un échantillon donne des informations utiles aux chercheurs. Dans les roches sédimentaires analysées par Curiosity, ils ont ainsi trouvé des échantillons particulièrement riches en carbone 13 et d’autres, étonnamment pauvres en carbone 13.

Les chercheurs de la Nasa ont analysé 24 échantillons provenant d’emplacements géologiques différents au cœur du cratère Gale. Ils ont mesuré, dans ces échantillons, les quantités des deux isotopes stables du carbone. Pour comprendre mieux l’évolution chimique et biologique de la planète Mars. Ici, la formation de grés dite de Stimson dans laquel il a été découvert des sédiments appauvris en carbone 13. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS
Les chercheurs de la Nasa ont analysé 24 échantillons provenant d’emplacements géologiques différents au cœur du cratère Gale. Ils ont mesuré, dans ces échantillons, les quantités des deux isotopes stables du carbone. Pour comprendre mieux l’évolution chimique et biologique de la planète Mars. Ici, la formation de grés dite de Stimson dans laquel il a été découvert des sédiments appauvris en carbone 13. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

Nuage galactique ou ultraviolets

Sur Terre, les sédiments aussi pauvres en carbone 13 sont ceux qui ont été...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles