Sur Mars, Perseverance a récolté son premier échantillon, mais le retour sera long

·3 min de lecture
Cette image a été prise lors du premier entraînement du rover Perseverance de la NASA sur Mars le 4 mars 2021. Le robot Perseverance cherche notamment des signes de vie ancienne, comme des traces de vie microbienne fossilisées dans les roches. (Photo: Le Huffpost)
Cette image a été prise lors du premier entraînement du rover Perseverance de la NASA sur Mars le 4 mars 2021. Le robot Perseverance cherche notamment des signes de vie ancienne, comme des traces de vie microbienne fossilisées dans les roches. (Photo: Le Huffpost)

ESPACE - C’est une épopée de longue haleine. Après un échec initial, le rover Perseverance de la NASA est finalement parvenu à collecter le premier échantillon jamais extrait sur Mars. Mais voilà qu’un nouveau défi de taille s’ouvre à l’agence spatiale: escorter ces fragments rocheux jusqu’à notre planète.

L’exfiltration martienne des roches demanderait à la NASA encore une décennie, quelque 4 milliards de dollars... et une nouvelle technologie. Mais il n’est pas question de renoncer. Pour en arriver là, il a fallu innover, comprendre comment Mars est devenue un désert aride, découvrir les traces d’eau liquides datant de plusieurs milliards d’années, planifier le relais Curiosity-Perseverance...

Le précieux morceau de roche martienne, pas plus grand que la largeur d’un doigt, est quant à lui le résultat d’un travail de 2,4 milliards de dollars. Il s’agit désormais de “persévérer” dans la récolte d’autres échantillons, afin de rentabiliser le voyage retour qui s’annonce être un énième challenge inédit.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La mission “Mars Sample Return

Rapporter les échantillons prélevés sur Mars vers la Terre est une priorité pour mener à bien la résolution de cette question centrale: Mars a-t-elle abritée la vie? Il faut dire que sur Terre, les scientifiques disposent de nombreux instruments de meilleure qualité que ceux placés sur Perseverance pour étudier le sol martien.

Cette mission de rapatriement, appelée “Mars Sample Return”, est encore en phase de proposition, mais la NASA prédit le lancement pour 2026. Si les temps sont respectés, les échantillons extraterrestres atteindront notre planète en 2031. D’ici là, le Perseverance continuera de composer tout un panel de roches issu du cratère Jezero, détaille Business Insider.

“Mars Sample Return” sera une grande première, un défi monumental aux étapes millimétrées. Perseverance va déposer des échantillons de roches et de sol dans des tubes scellés à la surface de Mars. Dans un second temps, une fusée doit emmener les échantillons en orbite martienne. Rien n’a encore jamais été lancé depuis la surface de Mars.

Une illustration de la mission
Une illustration de la mission

Un engin viendra alors récupérer les échantillons en orbite, avant de retourner sur Terre. Ce dernier larguera un petit vaisseau chargé de protéger les roches durant l’escorte finale, à travers l’atmosphère terrestre. L’Agence spatiale européenne (ESA) participera également à cette mission.

En revanche, un comité d’examen indépendant a émis quelques inquiétudes l’année dernière quant au calendrier jugé un peu trop ambitieux. Un lancement avec un retard de deux années serait une hypothèse envisagée. Les échantillons n’atterriraient donc pas sur Terre avant 2033.

Une hausse du budget de 1 milliard de dollars pourrait également être nécessaire, par rapport aux estimations prévues par la NASA de 2,9 à 3,3 milliards de dollars. Perseverance a donc encore le temps de remplir ses 42 autres tubes vides, avant que le voyage retour soit opérationnel.

À voir également sur Le HuffPost: De nouvelles images du rover chinois Zhurong sur Mars

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

A LIRE

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles