Mars : la Nasa veut rechercher des sels organiques « impliqués dans l’habitabilité d’une planète »

·1 min de lecture

Curiosity n’en a pas terminé avec les plaines arides de la surface martienne. Une équipe de la Nasa, menée par le géologue James M.T. Lewis, souhaite exploiter le rover afin de trouver des sels organiques à la surface de Mars. Dans une étude publiée le 30 mars dans Advancing Earth and space science, Lewis expliquait la nécessité d’analyser ces minéraux afin de progresser dans la compréhension de la vie à la surface de la Planète rouge. Deux instruments sont utilisés dans la recherche de trois composants : l’acétate, l’oxalate et le perchlorate.

« Si nous pouvons confirmer que des sels organiques sont présents sur Mars, l’intérêt serait de savoir à quel point ils sont répandus à sa surface, ainsi que de déterminer leur âge. Si certains étaient déjà présents dans des temps plus anciens, ils pourraient avoir été une source non négligeable d’énergie pour entretenir de la vie, si la vie a existé à cet endroit », affirme James M.T. Lewis.

En 2018, Curiosity avait trouvé des molécules organiques dans de l’argilite recueillie au cœur du cratère Gale, principal site de recherche depuis l’arrivée du rover sur Mars en 2012. La Nasa compte bien pousser au maximum les capacités de la plus vieille astromobile encore en activité sur la Planète rouge afin de dénicher les précieux sels organiques.

Le rover Curiosity et son instrument de pointage à rayon-X, CheMin. © Nasa
Le rover Curiosity et son instrument de pointage à rayon-X, CheMin. © Nasa

Curiosity, analyste de la surface martienne

Dans l’arsenal d'outils à la disposition de Curiosity, SAM est l’un des plus utilisés, littéralement le « ventre » du rover qui accueille les échantillons recueillis par un bras mécanique. Le Sample Analysis at Mars va alors faire chauffer les éléments à 1.000 °C, lors d’un procédé appelé pyrolyse, et les roches vont se gazéifier durant le processus. Les géologues sont néanmoins confrontés à un problème majeur : les gaz s’en dégageant sont trop communs et ne permettent pas de détecter s’ils proviennent des sels organiques recherchés.

Pour pallier ce problème, l’équipe de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura