Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa

Nathalie Mayer, Journaliste

« La première fois que nous avons eu les données sous les yeux, nous avons été estomaqués », raconte Sushil Atreya, chercheur à l’université du Michigan (États-Unis). Et les données, dont il est question ici, sont celles transmises par un instrument du rover de la Nasa, Curiosity. Depuis trois années martiennes – soit presque six années terrestres –, il enregistre les variations de la composition de l’atmosphère au-dessus de la surface du cratère Gale.

Une mission qui a d’abord permis de confirmer la composition de l’atmosphère de Mars : 95 % en volume de dioxyde de carbone (CO2), 2,6 % d'azote moléculaire (N2), 1,9 % d'argon (Ar), 0,16 % d'oxygène moléculaire (O2) et 0,06 % de monoxyde de carbone (CO). Et qui a aussi mis en lumière les mouvements de gaz en fonction des variations de pression atmosphérique au fil des mois.

Ces variations résultent du gel du CO2 gazeux, en hiver, du côté des pôles. De quoi faire descendre la pression atmosphérique et provoquer des mouvements de gaz destinés à rééquilibrer l’ensemble. À l’inverse, lorsque le CO2 redevient gazeux, au printemps et en été, les pressions montent. Et les astronomes ont ainsi confirmé des variations saisonnières attendues pour l’azote et l’argon.

Plusieurs observations montrent des taux d’oxygène dans l’atmosphère martienne supérieurs à ceux prédits par la théorie, surtout au printemps et en été. © Melissa Trainer et Dan Gallagher, Nasa Goddard

Plus d’oxygène au printemps et en été

En revanche, les données relatives aux variations d’oxygène les ont surpris. Les quantités d’O2 ont en effet augmenté au printemps et en été avant de retrouver les valeurs annoncées par la théorie à l’automne. Un schéma qui s’est répété chaque année, avec des quantités variables d’O2« Nous avons du mal à expliquer le phénomène », reconnaît Melissa Trainer, chercheur au Goddard Space Flight Center de la Nasa (États-Unis).

Les astronomes ont d’abord imaginé que des molécules de CO2 et d’eau (H2O) pourraient avoir libéré de...

> Lire la suite sur Futura