Mars : « son destin a été scellé dès le début ! » estime une étude sur son habitabilité

·1 min de lecture

L’eau. C’est l’ingrédient essentiel au développement de la vie telle que nous la connaissons. Et des preuves que de l’eau a coulé sur Mars au début de l’histoire de la Planète rouge, les astronomes en ont trouvé un certain nombre. Pourtant aujourd’hui, plus rien. Des chercheurs de l’université de Washington à Saint Louis (États-Unis) proposent une explication simple à cela : Mars serait trop petite pour retenir de grandes quantités d’eau en surface.

Mars : pourquoi l’eau disparaît plus vite que prévu ?

Alors finalement, la taille pourrait compter ? Lorsqu’il est question de vie dans l’Univers ou au moins, d’habitabilité d’une planète, oui, répondent aujourd’hui ces astronomes. « Le destin de Mars a été scellé dès le début, estime Kun Wang, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. Il y a probablement un seuil sur les exigences de taille des planètes rocheuses pour retenir suffisamment d’eau et permettre l’habitabilité et la tectonique des plaques, avec une masse dépassant celle de Mars ».

Cette conclusion, les chercheurs la tirent d’une étude isotopique. Grâce à des isotopes stables du potassium (K), ils ont en effet pu estimer la présence, la distribution et l’abondance d’éléments volatils — des éléments tels que l’eau — sur 20 météorites martiennes sélectionnées pour être représentatives de la composition en silicate de la Planète rouge sur une période allant de plusieurs centaines de millions d'années à quatre milliards d’années.

Les chercheurs de l’université de Washington à Saint Louis (États-Unis) ont analysé des météorites martiennes pour déterminer le degré d’épuisement des composés volatils sur Mars. © Sean Garcia, Washington University
Les chercheurs de l’université de Washington à Saint Louis (États-Unis) ont analysé des météorites martiennes pour déterminer le degré d’épuisement des composés volatils sur Mars. © Sean Garcia, Washington University

Une nouvelle piste pour trouver des exoplanètes habitables

Les résultats des chercheurs donnent un aperçu du degré d’épuisement des composés volatils au cours de l’histoire martienne. « Il est difficile de quantifier combien il y a eu d’eau à la surface de Mars par le biais de la télédétection ou des rovers uniquement,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles