"Mars", un beau livre pour découvrir les mystères de la planète rouge

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Mars selon le dessinateur François Schuiten - Louis Vuitton
Mars selon le dessinateur François Schuiten - Louis Vuitton

Connu pour ses histoires à la frontière de la SF et de l’anticipation, François Schuiten publie avec la complicité des éditions Louis Vuitton un "carnet de voyages" sur Mars. Alors que le dessinateur belge publie en parallèle chez Casterman une lettre d’amour à sa ville natale de Bruxelles, il publie un livre de dessins qui permet de découvrir les paysages à couper le souffle de Mars et d’explorer les mystères d’une planète qui fait plus que jamais rêver.

"J’ai passé tout le confinement sur Mars. C’était pas mal", s'amuse François Schuiten. "C’était une bonne façon de dialoguer avec ce qui se passait. Les villes se vidaient. Il y avait une forme d’angoisse. C’était le bon contexte pour se retrouver entouré de ces paysages martiens."

François Schuiten était destiné à faire un livre sur Mars, qui depuis des siècles fait l’objet de projections et de rêveries. "Il y a toujours un fantasme sur cette planète. C’est un lieu qui nous renvoie à quelque chose de très sombre, de très fantasmatique, parce que c’est une terre qui a mal tourné. Ce n’était pas le même miracle terrien, mais il y avait la possibilité d’y faire naître la vie et tout a dérivé. C’est ce qui est passionnant avec Mars: on regarde la Terre autrement."

Comment dessiner Mars et ses paysages désertiques? "J’ai fait faire des économies à l’éditeur! Normalement, il offre le déplacement. Je lui ai juste demandé de m’offrir tout ce qui existait photographiquement sur la planète Mars. Je voulais qu’il y ait de la rigueur dans les dessins, que l’on sente que ce soit très documenté, bien qu’il y ait une part évidente d’extrapolation."

Le mystère martien

Mars est surnommée la planète rouge et c’est souvent la couleur orange qui est employée pour la représenter dans la culture populaire. Mais selon Schuiten Mars réserve bien des surprises: "C’est vrai que quand on la regarde depuis le satellite, Mars ressemble à ça. En réalité, quand on analyse les photos de plus près, on se rend compte que c’est beaucoup plus varié et beaucoup plus subtil que ça."

Le dessinateur, qui crée chacune de ses images grâce à une couche successive de traits et de matière, a tenté de reproduire graphiquement la poussière martienne. "Il y a des tempêtes de sable qui peuvent être assez longues et brouillent la planète. Il fallait rendre cette épaisseur. C’était une quête. Tous les dessins étaient une quête. Je ne savais pas trop où j’allais. J’y suis allé sans idée préconçue."

Les dessins de Schuiten permettent de bien ressentir l’aspect désertique de la planète rouge. Tout paraît immense. Pour mémoire, le canyon de Valles Marineris fait la superficie... des Etats-Unis. "On a une diversité de paysages sur Mars. Il y a aussi les sous-sols martiens qui nous offrent d’énormes possibilités graphiques!"

Paysages fascinants

Le dessinateur est fasciné par ses paysages dont il a essayé de restituer le mystère: "Je trouve que Mars est d’une beauté incroyable. Je suis sous le charme de la diversité de ses paysages. J’ai eu un grand plaisir à dessiner ses rochers, ses pierres, la matière. C’est un livre ouvert, Mars. Il n’y a pas eu de perturbation de la nature, de la végétation. Il y avait des étendues d’eau gigantesques. L'eau a transformé ce paysage et a disparu. Tout ça est encore présent. C’est encore fascinant."

Schuiten a consacré toute sa vie à explorer dans ses livres la manière dont le passé et le futur nourrissent le présent. "C’est une façon d'apprendre à comprendre et à regarder le monde", indique le dessinateur qui a récemment rejoint la "Red Team", dont la tâche est d’imaginer les menaces auxquelles l'armée française pourrait être confrontée entre 2030 et 2060. "Le plaisir, c’est de se projeter dans l’avenir, avec ce que ça a d’illusoire. C’est un plaisir de rêver ce que pourrait être le monde de demain."

Après Mars et Bruxelles, ses projets sont multiples. Celui qui avait annoncé en 2019 la fin de sa carrière d’auteur de bande dessinée a repris une ultime fois sa plume. Il s’applique à terminer Aquarica (Rue de Sèvres), dyptique imaginé à quatre mains avec Benoît Sokal (Canardo), son ami de 40 ans mort en mai dernier. Il lui reste douze pages. "On avait tout partagé. Il est parti en me laissant cette responsabilité. Ce n’est pas facile", confie Schuiten. Sortie prévue en mai prochain pour le premier anniversaire de sa mort.

Mars de François Schuiten, avec des textes de Sylvain Tesson, Louis Vuitton, 184 pages, 45 euros.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles