"Marriage Story" offre (enfin) un rôle majeur à Julie Hagerty

Leigh Blickley
Julie Hagerty joue le rôle de Sandra dans le dernier film de Noah Baumbach,

 

CINÉMA - La voix fluette et enfantine de Julie Hagerty me parvient à l’autre bout du fil. “Vous êtes à New York? Pas trop frigorifiée?”, me demande-t-elle. Je lui réponds que si, et j’ajoute que l’hiver est en avance.

La comédienne, âgée de 64 ans et originaire de Cincinnati (dans l’Ohio), éclate de rire. Elle me raconte qu’elle a vécu à Manhattan pendant 24 ans avant de s’installer sous le soleil de Californie avec son mari, Richard Kagan, producteur et compositeur pour le théâtre, en 1999. “Mais New York occupe une place à part dans mon cœur et dans mon âme.” 

Une trame inspirée du mariage du réalisateur?

Une opinion à mille lieux de celle que nourrit Sandra, son personnage dans “Marriage Story”, le nouveau long métrage de Noah Baumbach, qui en est le scénariste, réalisateur et producteur. Comme Sandra et bien d’autres le martèlent dans le film, New York n’arrive pas à la cheville des grands espaces qu’offre la Californie!

“Marriage Story” est le portrait intimiste d’une relation amoureuse qui s’achève et du début d’une nouvelle dynamique familiale. Une trame peut-être inspirée du mariage de Noah Baumbach avec l’actrice Jennifer Jason Leigh.

Julie Hagerty joue la mère, installée à Los Angeles, de Nicole (Scarlett Johansson dans le film), une actrice new-yorkaise qui décide de quitter Charlie (Adam Driver), son metteur en scène de mari pour s’installer à l’autre bout des États-Unis avec leur jeune fils (Azhy Robertson).

Cette décision complique les choses, étant donné que la procédure de divorce se fait depuis la côte Ouest. Pleine de joie de vivre et de ténacité, Sandra (ou “G-Ma” pour ses proches) fait figure de petit joyau de l’histoire, quelque peu abîmé par la vie.

C’est le genre de mère qui reste proche de votre ex, à lui écrire régulièrement des emails dans votre dos. C’est aussi la bonne copine sur qui vous pouvez compter pour boire un verre mais qui risque de répéter les confessions que vous lui avez faites quand vous étiez un brin pompette.

Julie Hagerty, le 10 novembre 2019 lors de l’avant-première de

Ce “délicieux...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post