#marquepage du 24 mars 2021 : échos des livres glanés par Anne-Marie Revol

L’écrivain qui se cache cette semaine derrière ses quatre clichés perso écrit comme elle peindrait. Nathalie Iris, libraire à la Garenne-Colombes, a été touchée par le dernier roman d’Olivier Adam, Tout peut s’oublier. Tandis que que sur la toile, les bookstagrameurs ont unanimement été emportés par le dernier Bussi !Un dernier quiz pour la route !L’auteure qui se raconte cette semaine en quatre photos, est professeure de Lettres dans un collège parisien. Née – comme elle aime le répéter – dans "une famille de paysans", elle est originaire des hauts plateaux du Cantal, pays où elle a vécu jusqu’à ses 18 ans. D’ailleurs, la plupart de ses ouvrages ont pour décor Aurillac et ses environs. Après plusieurs refus d’éditeurs, elle publie son premier roman à 34 ans et reçoit pour celui-ci le Renaudot des lycéens qui, eux, ont eu le nez creux ! Son dernier roman, auréolé cet automne du Renaudot-tout-court (!) se déploie sur cent ans entre Figeac, Aurillac et Paris. Il raconte l’histoire d’un fils élevé par deux mères mais… sans père. Un voyage en soi à parcourir impérativement.Nathalie Iris est "tombée sous le charme" d’Olivier Adam...Le héros de Tout peut s’oublier, le dernier roman d’Olivier Adam, paru chez Flammarion, s’appelle Nathan. Il tient un cinéma en Bretagne et voue une passion au Japon. D’ailleurs, il va épouser Jun, une Japonaise rencontrée lors d’un voyage au pays du soleil levant. Et ils vont ensemble avoir un enfant. "Tout semble aller très bien jusqu’au jour où Jun disparaît avec leur garçon", explique, Nathalie Iris, la libraire des Mots en Marge, à la Garenne-colombes. Après quelques rapides recherches Nathan comprend qu’au Japon "la mère a absolument tous les droits" et que récupérer son fils ne sera pas aussi aisé qu’escompté. "Un roman comme d’habitude très fouillé dans les personnages et qui pose un vrai problème de société." Tentés ?Michel Bussi le roi du "twist virtuose" !Les Instagrammeurs ont, une fois de plus, plébiscité le dernier Bussi, Rien ne t’efface paru aux éditions des Presses de la cité. Tom, "le fils de Maddi a disparu un jour à la plage. Dix ans plus tard au même endroit, elle rencontre un enfant qui en porte toutes les ressemblances physiques", résume @time_for_hanae. Maddi n’a alors plus qu’une seule idée en tête, savoir qui est ce garçon. Il se prénomme Tom, vit en Auvergne et elle décide de s’y installer. "Parmi tous les romans de l’auteur que j’ai eu l’occasion de lire (…) Rien ne t’efface est mon favori" jure @littleprettybooks. Allez-y les yeux fermés : ce Bussi est un premier cru…