Maroc : le rappeur Gnawi, auteur d'un titre critique, jugé pour insulte à la police

franceinfo avec AFP

Le rappeur marocain Gnawi, Mohamed Mounir, co-auteur d'un titre polémique sur le désespoir de la jeunesse de son pays, a comparu jeudi 14 novembre devant le tribunal de Salé, près de Rabat, pour "outrage à fonctionnaire public". Il risque deux ans de prison. Selon son avocat, le chanteur de 31 ans est poursuivi non pas pour des insultes à la police, mais à cause du titre Vive le peuple ("Aach al chaab", en dialecte marocain) qui cumule désormais plus de 13 millions de vues sur Youtube.



Ce titre, qui reprend des slogans scandés dans les stades, dénonce "l'injustice" et "l'accaparement des richesses". Surtout, les paroles attaquent directement le roi, ce qui constitue, selon les médias marocains, un franchissement très net de ce qu'on appelle au Maroc les "lignes rouges".

Image de la police

Les autorités marocaines assurent, quant à elles, que l'arrestation du rappeur, le 1er novembre, "n'a rien à voir avec la chanson", mais est liée à la diffusion d'une vidéo dans laquelle il insulte la police, comme l'a expliqué à l'AFP un porte-parole de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). La DGSN s'est portée partie civile, car elle a "subi un tort en tant qu'institution", selon son avocat Abdelfettah Yatribi.

Gnawi se trouve en détention préventive depuis son arrestation, survenue au (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi