Maroc : la justice accorde la liberté provisoire au journaliste Omar Radi

franceinfo avec AFP

Omar Radi est sorti de prison. Mardi 31 décembre, la justice marocaine a décidé d'accorder la liberté provisoire à ce journaliste et militant des droits humains, placé en détention la semaine dernière pour avoir critiqué sur Twitter une décision de justice. Omar Radi, 33 ans, "comparaîtra le 2 janvier en état de liberté", a dit à l'AFP son avocat, Omar Benjelloun, confirmant des informations de presse. Il a été relâché en début d'après-midi, selon plusieurs journalistes.

Omar Radi a été arrêté jeudi pour un tweet publié en avril dans lequel il fustigeait le verdict d'un magistrat contre des membres du "Hirak", un mouvement de contestation qui a agité le nord du Maroc en 2016 et 2017, condamnés à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison. "Ni oubli ni pardon avec ces fonctionnaires sans dignité !", avait-il écrit, qualifiant le juge de "bourreau".

"Atmosphère de plus en plus suffocante pour les journalistes"

Son procès a débuté le jour même de son arrestation, et l'affaire a suscité une vague d'indignation dans le royaume, où des centaines de personnes ont manifesté samedi pour appeler à sa libération et à l'abandon des charges. Human Rights Watch a critiqué samedi l'arrestation d'Omar Radi et dénoncé une "atmosphère de plus en plus suffocante pour les journalistes, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi