Maroc : la journaliste Hajar Raissouni, condamnée pour avortement illégal, libérée après une grâce royale

franceinfo avec AFP

La décision du roi du Maroc de gracier la journaliste Hajar Raissouni, son fiancé et l'équipe médicale accusée de l'avoir aidée à avorter a été rendue publique le 16 octobre dans l'après-midi, suscitant des flots de réactions positives sur les réseaux sociaux, au Maroc et à l'étranger.

La grâce royale a corrigé un procès injuste

Hajar Raissouni, journaliste

à l'AFP

Son arrestation, fin août, suivie fin septembre par sa condamnation avaient suscité une vague d'indignation et un débat virulent sur l'état des libertés individuelles au Maroc.

"Victoire"

Comme après sa condamnation le 30 septembre, la journaliste du quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum (lien en arabe) a adressé un signe de la victoire à sa sortie de la prison d'El Arjat, dans les environs de Rabat. Son fiancé, un universitaire, et son gynécologue ont été libérés en même temps qu'elle, quelques heures après la grâce royale.

La justice avait condamné le jeune couple à un an de prison. Le médecin, un praticien reconnu qui avait autrefois été décoré par le roi, avait écopé de deux ans ferme, l'anesthésiste octogénaire et une secrétaire (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi