Le Maroc se dote d'une agence de régulation du cannabis légal

Des plants de cannabis dans un champ près de Ketama, au Maroc, le 2 septembre 2019 (photo d'illustration)
 - Fadel Senna / AFP
Des plants de cannabis dans un champ près de Ketama, au Maroc, le 2 septembre 2019 (photo d'illustration) - Fadel Senna / AFP

L'Agence marocaine de régulation du cannabis légal a tenu ce jeudi sa première réunion à Rabat, dernière étape avant la mise en oeuvre d'une loi légalisant l'usage thérapeutique de cette plante cultivée à grande échelle dans le nord-est du pays.

Pour sa première réunion, sous la présidence du ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit, le conseil d'administration de "l'Agence nationale de réglementation des activités relatives au cannabis" (ANRAC) a approuvé son organigramme et son budget au titre de l'année 2022.

Contrôler toutes les étapes de la chaîne de production

Cette structure publique est chargée de contrôler toutes les étapes de la chaîne de production, depuis l'importation des semences et la certification des plants jusqu'à la commercialisation des produits issus du cannabis.

Son plan d'action comprend en particulier le prochain lancement de procédures d'octroi de licences aux opérateurs nationaux et internationaux de l'industrie du cannabis licite.

L'agence devra également mettre en place les premières coopératives de transformation et de fabrication, composées exclusivement de cultivateurs locaux. Les six derniers arrêtés techniques nécessaires à l'implémentation de la loi ont été publiés jeudi au bulletin officiel, a précisé à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles