Maroc : « Derrière l’affaire des visas, une mini-guerre froide »

·1 min de lecture
La presse marocaine a porté des jugements sévères sur les éléments qui ont inspiré la décision française de durcir les conditions d'attribution des visas dans les pays du Maghreb. 
La presse marocaine a porté des jugements sévères sur les éléments qui ont inspiré la décision française de durcir les conditions d'attribution des visas dans les pays du Maghreb.

La décision est tombée comme un couperet. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé mardi le durcissement des conditions d?octroi des visas français aux Marocains, aux Algériens et aux Tunisiens. En effet, Paris a expliqué cette décision par le « refus » des pays concernés de délivrer des laissez-passer consulaires à leurs citoyens refoulés de France.

Photo d'illustration © DR

Un vrai coup de tonnerre que cette décision française de durcir les conditions d?octroi des visas dans les pays du Maghreb. Pour les familles, mais aussi pour la coopération entre la France et le Maroc. De quoi comprendre que le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, qui a réagi quelques heures seulement après l?annonce de cette décision, ait qualifié celle-ci d?« injustifiée ». Admettant sa dimension souveraine, la diplomatie marocaine a délivré une analyse qui tend à considérer qu?elle découle d?un problème franco-français.

À LIRE AUSSIMaroc : ce (non-)visa français vécu comme un appât électoral

La corrélation entre présidentielle et question migratoire

Les restrictions concerneront donc principalement « les milieux dirigeants, premiers responsables de cette situation », rapporte l?hebdomadaire TelQuel, qui a réussi à contacter le ministère de l?Intérieur en France. « Quand Paris se fâche, il vous prive de visa ! » souligne le quotidien marocain Libération, qui a recueilli l?avis d?un universitaire et chercheur en migration. « Il faut lier cette act [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles