Maroc : ces antivaccins qui continuent à défier le Covid-19

Par Anis Bounani, à Tanger
·1 min de lecture
Au Maroc, des restrictions pour la période du ramadan (extension du couvre-feu, interdiction de fêtes et de rassemblements etc...) ont été promulguées récemment.
Au Maroc, des restrictions pour la période du ramadan (extension du couvre-feu, interdiction de fêtes et de rassemblements etc...) ont été promulguées récemment.

La campagne de vaccination contre le Covid-19 au Maroc va bon train. À ce jour et en chiffres, plus de 4 millions de Marocains sur 36 millions d'habitants ont déjà reçu au moins une dose de vaccin, soit l'équivalent de 11 % de la population. Plus de 854 000 personnes ont bénéficié de la seconde injection. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), « le Maroc compte parmi les dix premiers pays qui ont réussi le défi de la vaccination contre le Covid-19. De plus, dans toute l'Afrique, il est le pays qui a, jusqu'à présent, le plus vacciné de personnes. Tout récemment, à la suite d'une légère rupture de stocks de vaccins, le royaume a commandé près de 14 millions de doses supplémentaires : 10 millions de doses du vaccin chinois Sinopharm, 2,5 millions du vaccin britanico-suédois AstraZeneca, et un million de doses du vaccin russe Sputnik V. Ces commandes permettront de poursuivre de manière relativement sereine la campagne de vaccination pour les personnes âgées entre 40 et 55 ans après en avoir fini avec les sexagénaires. Cela dit, tous les Marocains ne sont pas prêts à tendre le bras pour se faire administrer l'antidote au Covid-19. Les raisons ? Elles sont nombreuses et variées.

À LIRE AUSSIVaccins anti-Covid-19 : le Maroc prend le taureau par les cornes

Le mur religieux

« Je suis un homme de foi et Allah m'a confié ce corps dont je suis responsable, nous révèle Mouhcine, sympathisant du mouvement islamiste marocain interdit mais toléré Al Adl Wal Ihsa [...] Lire la suite