Marne : un "phénomène violent" de "type tornade" provoque des dégâts à Suippes

AFP - FRANCOIS NASCIMBENI

Une "mini-tornade" a dévasté en quelques minutes la caserne de pompiers de Suippes (Marne) et causé des dégâts sur une cinquantaine de bâtiments. Aucune victime n'est heureusement à déplorer.

Un "phénomène violent" de "type tornade" a frappé Suippes (Marne) jeudi 17 novembre 2022 en début d'après-midi, provoquant des dégâts sur une cinquantaine de bâtiments, en particulier la caserne des pompiers, sans faire de blessé, a-t-on appris auprès des secours et des autorités. Le département de la Marne ne faisait pas partie des départements placés en vigilance jaune aux vents violents par Météo-France.

Une "mini-tornade" violente, qui n'a heureusement pas fait de blessés

Vers 13h30, "une mini tornade" a "traversé le village" du sud-ouest vers le nord-est, "sur un couloir d'environ 50 à 100 mètres" de large, occasionnant des dégâts sur "une cinquantaine de bâtiments, essentiellement au niveau des toitures", a résumé sur place, vers 18h00, le Lieutenant-colonel Philippe Moureau, commandant des opérations de secours. Trois bâtiments sont "particulièrement touchés", dont la caserne des pompiers, un hangar et une maison individuelle, a précisé cet officier des sapeur-pompiers. "Aucune victime" n'est à déplorer. "Une soixantaine de personnes" et "26 engins" ont été mobilisés par les pompiers, incluant des "équipes spéciales", notamment un groupe de secours en milieu périlleux et des drones.

Un communiqué des pompiers avait plus tôt fait état de "vents violents, de type tornades", précisant que le centre d’incendie et de secours était détruit "à plus de 50%". "C'était un phénomène violent, très court, absolument non prévisible" qui a "occasionné des dégâts très forts", a aussi décrit, sur place, le préfet de la Marne, Henri Prévost. Ne déplorer aucun blessé, "c'est une chance inouïe". "La caserne des pompiers est sans doute la structure la plus impactée", et "on s'attache à la restaurer le plus vite possible", a-t-il dit. "Les autres maisons c'est variable, ça va de quelques tuiles à des cheminées, ou des parties de structures qui ont été soulevées".

Pas de demande de relogement

"Il n'y a pas de demande de relogement à ce stade, les gens pourront en principe rentrer [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi