Marne : les enfants d'une victime du Covid déposent plainte pour une crémation trop rapide

·1 min de lecture

Le parquet de Châlons-en-Champagne a ouvert une enquête préliminaire pour "atteinte à l'intégrité du cadavre" et "faux et usage" après une plainte déposée par les enfants d'un homme décédé du Covid-19 lors du premier confinement et rapidement incinéré, a-t-il indiqué mardi. "A ce stade, il s'agit de la qualification dénoncée par les plaignants. D'après les premiers éléments, il ne s'agit pas d'une 'crémation forcé' mais ils dénoncent une crémation trop rapide du corps par les services habilités, qui les a privés de la possibilité de venir se recueillir auprès du cercueil", a expliqué la procureure Ombeline Mahuzier, confirmant une information de Mediapart.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 13 avril

"Les investigations sont en cours, qui devront notamment permettre d'établir les faits, mais aussi la qualification d'une éventuelle infraction pénale", précise-t-elle. Selon l'avocate de la famille, Anna Branellec, la plainte a été déposée le 25 janvier par les enfants de Patrick Grasset, mort du Covid-19 le 25 mars 2020 à l'âge de 67 ans, contre la société de pompes funèbres et le maire de Châlons-en-Champagne "pour avoir incinéré Patrick Grasset seulement 5h30 après son décès, alors que la loi stipule un délai d'au moins 24 heures".

Une crémation 2h45 avant l'heure prévue

Les enfants, habitant en région parisienne, "n'ont même pas eu le temps de venir se recueillir", a déploré l'avocate. "Nous portons également plainte pour faux et usage...


Lire la suite sur Europe1