Marlène Schiappa évoque le remplacement de l'Observatoire de la laïcité

·1 min de lecture

La ministre chargée de la citoyenneté a évoqué au Sénat ce mercredi 31 mars le remplacement de la structure dirigée par le duo Jean-Louis Bianco-Nicolas Cadène, souvent décriée par des militants laïques.

"Il nous semble opportun maintenant de faire évoluer cette structure." Voilà ce qu'a lancé Marlène Schiappa ce 31 mars, en réponse à des sénateurs socialistes qui voulaient inscrire l'existence de l'Observatoire de la laïcité dans la loi. La ministre déléguée en charge de la Citoyenneté a présenté des "pistes de travail", évoquant "un renfort au niveau de l'administration" et "une instance de type haut conseil à la laïcité".Dans le cadre de l'examen en séance du projet de loi "confortant le respect des principes de la République", le groupe socialiste avait déposé un amendement pour "consacrer dans la loi l'Observatoire de la laïcité, renommé 'Observatoire national de la laïcité', moyennant quelques modifications avec les règles qui régissent actuellement son régime, ses missions et sa composition.""Faire évoluer le portage de la laïcité"Mais Marlène Schiappa en a profité pour évoquer le remplacement de la structure, dirigée depuis 2013 par le duo Jean-Louis Bianco-Nicolas Cadène. "Les questions de laïcité n'ont plus la place qu'elles avaient dans la société il y a huit ans, la situation a changé" a déclaré la ministre, "nous souhaitons faire évoluer l'organisation de l'Observatoire de la laïcité, faire évoluer le portage de la laïcité au sein de l'appareil d'État....

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République