Marlène Schiappa à bout, décide de "porter plainte pour harcèlement"

·1 min de lecture

Quand la situation devient intenable, Marlène Schiappa n’hésite pas à se tourner vers la justice pour qu’elle fasse son travail. C’est en effet ce qu’elle a décidé de faire, comme elle l’a annoncé sur les réseaux sociaux, ce samedi 20 mars. Dans un tweet, la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté a précisé que "l’engagement politique ne saurait justifier les raids numériques". "Face à une vague de cyberharcèlement incluant des menaces de mort", l’ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes a décidé de "déposer une plainte", mais aussi de "demander à Twitter d’agir".

Dans son post, Marlène Schiappa a ajouté : "Twitter restant dans l’inertie, j’ai fait passer mon compte en privé. J’en suis la première navrée." Dans les commentaires, de nombreuses personnes lui ont adressé leur soutien, à commencer par Arash Derambarsh, adjoint au maire de Courbevoie, mais aussi les membres du parti La République En Marche, ou encore l’écrivaine Zineb El Rhazoui. Comme l’indiquent nos confrères de Franceinfo, ce n’est pas la première fois que la femme politique de 38 ans s’en remet à la justice pour répondre à ses détracteurs virtuels. En janvier 2019 déjà, elle avait porté plainte après avoir reçu d’innombrables insultes sur sa page Facebook, mais aussi des menaces de mort, de viol, des appels au suicide ou encore des montages photo.

Tout était parti de son opposition à la cagnotte en ligne ouverte en faveur de Christophe Dettinger, un ex-boxeur qui avait frappé (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Coup de massue : Les Z'amours, c'est fini ! France 2 annonce l'arrêt de la mythique émission après 26 ans
"Vous n'avez rien d'autre à faire ?" : Roselyne Bachelot décore Michel Sardou et se fait fustiger
Isabelle Balkany : son coup de gueule bestial sur Twitter, "halte à la discrimination »
Rama X : le roi de Thaïlande en balade avec ses « deux femmes », alors que la fureur gronde dans son pays
"Je commençais à avoir peur" : quand Faustine Bollaert avouait être terrifiée par son mari