Mark Karpelès, le baron français du bitcoin est de retour

Eugene Hoshiko/AP/SIPA

Après des mois de prison à Tokyo, le super geek français est libre. Et va rembourser ses anciens clients braqués par des hackers russes

Dès qu’il apparaît en public, comme ce lundi 11 avril au Press Club de Tokyo, il ne sait plus quoi faire de ses mains. C’est un toc. Il les cache, les croise, leur cherche une place, l’œil inquiet vers ces pognes qui lui semblent inutiles lorsqu’elles ne sont pas occupées à tapoter sur un clavier. Le premier milliardaire du bitcoin, pris dans la tempête du premier scandale – l’équivalent de 20 milliards d’euros évaporés – de l’histoire des cryptomonnaies , est un petit gars de Dijon. Un super cerveau biberonné aux mangas et à la culture geek, il parle anglais avec un accent français à couper au yanagiba, le couteau à sashimis ultra affûté. Installé à Tokyo depuis treize ans, Mark Karpelès a adopté le langage corporel nippon : économie de gestes, courtoisie, distance.

Lire aussi:Bitcoin : Un Français soupçonné d'une énorme arnaque virtuelle

Il a aujourd’hui 36 ans. Quand il en avait 22, il tenait un blog (Magical Tux, « le smoking magique »), et se racontait dans un film diffusé sur Canal+, « Suck My Geek ». Un collectionneur de copines virtuelles en format JPeg qui passait des journées, voire des mois, derrière son écran à faire du codage. Une passion que sa mère, institutrice, lui a transmise en l’initiant à la programmation informatique dès ses 4 ans. Diagnostiqué surdoué, avec un QI de 190, il semble bien parti dans la vie ; pourtant, il va enchaîner les déboires. À Paris, où sa mère a emménagé pour l’inscrire dans une école à petits effectifs, il subit un racket qui fait fondre les économies familiales. À 22 ans, il est déjà responsable de la sécurité pour un site d’e-commerce, mais c’est plus fort que lui : les données informatiques qu’il traite à longueur de temps lui font tourner la tête. L’employé modèle(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles