Marjorie Taylor Greene, la trumpiste la plus radicale du Congrès américain

·1 min de lecture

Marjorie Taylor Greene a présenté ses excuses, lundi, après avoir comparé le passeport vaccinal et le port du masque à celui de l'étoile jaune imposé par les Nazis. "L'une des meilleures leçons que mon père m'a toujours enseignées est que, lorsque vous faites une erreur, vous devez l'assumer", a expliqué la représentante de Géorgie après avoir visité le musée de l'Holocauste à Washington. Spécialiste des déclarations outrancières et complotistes, la républicaine de 47 ans s'était déjà excusée pour ses nombreux dérapages, en février dernier.

Lire aussi - Etats-Unis : pourquoi Donald Trump n'a rien perdu de son influence chez les républicains

Avant d'être élue au Congrès en novembre, Marjorie Taylor Greene reprenait à son compte les théories conspirationnistes de la mouvance QAnon, qui croit qu'un Etat profond pédophile et satanique dirige les Etats-Unis. Elle s'était aussi interrogée sur la réalité de plusieurs fusillades, soupçonnant des mises en scène pour durcir la législation sur les armes à feu, et mis en doute une partie des attentats du 11-Septembre. Elle avait également affirmé que la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, était coupable de "trahison", un crime selon elle "punissable par la mort".

Les dons affluent de partout en Amérique

"Je m'excuse pour avoir dit ces choses qui sont fausses et insultantes et je le dis avec sincérité", avait-elle assuré en février. "J'ai dit des choses fausses, j'ai cru à des choses qui étaient fausses", ajoutait-elle, assur...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles