Marion Maréchal est tombée dans un "double piège", déplore Marine Le Pen

Romain Herreros
Marine Le Pen le 17 avril à l'Assemblée nationale (illustration). 

POLITIQUE - La présidente du Rassemblement national n’a pas vraiment apprécié la sortie de sa nièce. Dans une vidéo publiée sur Facebook mercredi 10 juin, Marion Marechal s’est exprimée sur les affaires George Floyd et Adama Traoré, en estimant que les manifestations de soutien relevaient de la repentance pour les personnes non racisées qui y prenaient part. 

“Je n’ai pas à m’excuser en tant que blanche et en tant que française ― vous voyez à quoi on est réduit en devant se positionner de la sorte ― Je n’ai pas à m’excuser pour la mort d’un Afro-Américain aux États-Unis. Je n’ai pas à m’excuser pour la mort d’un délinquant, Adama Traoré, une mort accidentelle qui a eu lieu à la suite d’une interpellation qui n’était pas liée, c’est important de le rappeler, à sa couleur de peau, mais aux crimes qu’il aurait commis”, a-t-elle affirmé.

“Le piège de l’américanisation”

Une lecture des événements abondamment commentée dans le monde politico-médiatique mais que ne partage pas (du tout) Marine Le Pen. “Se mettre sur un plan racial, c’est tomber dans un double piège”, a déploré auprès de BFMTV la tante de l’ancienne députée du Vaucluse.

“D’abord celui des indigénistes, des racialistes, alors qu’il faut rester sur un plan républicain. C’est ce qui fait la spécificité de notre pays. C’est aussi tomber dans le piège de l’américanisation, alors que rien ne se construit, en France, en fonction de communautés. Moi je préfère me positionner dans la défense de notre constitution qui refuse toute base de communautarisme”, a poursuivi la députée du Pas-de-Calais, alors que l’analyse de sa nièce se rapproche des discours de l’alt-right américaine dont elle est proche.  

Alors que la réaction de Marine Le Pen sonne comme un racadrage en règle, la présidente du RN a tenu à rappeler que Marion Marechal “ne fait plus de politique”. Pour autant, elle ne “lui dénie pas le droit d’exprimer une opinion”. Trop aimable.

À voir également sur Le HuffPost: Avec le coronavirus, Marine Le Pen...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post