Marion Maréchal de Reconquête déplore des débats «de cour de récréation» avec le RN

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© VALENTINE CHAPUIS / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Marion Maréchal, vice-présidente du parti d'extrême droite Reconquête! d'Éric Zemmour , a déploré mardi que sa formation et le RN se retrouvent "à débattre dans une cour de récréation au lieu de regarder l'enjeu essentiel" qui est, selon elle, une alliance pour les législatives. L'ancienne députée FN, qui fait face à des "contingences personnelles" (elle est enceinte de six mois), a également annoncé sur RTL qu'elle prendrait "dans la semaine à venir" la décision de se présenter ou pas aux législatives à Carpentras. Interrogée sur les relations tendues entre les deux partis, elle a répondu que "si on commence à faire l'archéologie des petites phrases blessantes et excessives pendant la campagne, on ne va pas s'en sortir".

>> LIRE AUSSI - Présidentielle : ces Français qui ne se remettent pas de la défaite de Marine Le Pen

"On se retrouve en fait à débattre dans une cour de récréation au lieu de regarder l'enjeu essentiel", a ajouté celle qui, avec les autres vice-présidents de Reconquête!, l'ex-LR Guillaume Peltier et l'ex-RN Nicolas Bay, a proposé lundi une "rencontre" avec le RN pour forger un "accord" pour les législatives des 12 et 19 juin . "Ce que je trouve problématique dans ce à quoi j'assiste depuis quelques jours, notamment de la part du Rassemblement national, c'est de tenter de trouver prétexte de phrases ou de postures pour se détourner de l'enjeu essentiel", a-t-elle insisté, alors que le RN refuse cette main tendue.

"Une défaite qui n'est pas une défaite...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles