Mario Draghi entretient le pessimisme européen

Libération.fr
Liberation.fr

Le président de la Banque centrale européenne a fait plonger l’euro en reconnaissant, hier à Francfort, que la décision de laisser les taux inchangés n’avait pas été unanime. Traduction immédiate des cambistes : si certains gouverneurs étaient pour la baisse des taux, c’est que l’économie européenne va très mal. Mario Draghi ne les a d’ailleurs pas vraiment contredits sur ce point. La BCE, qui tablait encore en septembre sur une croissance de 0,5 % de la zone euro en 2013, prévoit maintenant un recul de 0,3 % du PIB. Un pessimisme qui n’a pas empêché l’institution de maintenir sa politique monétaire, que Draghi a jugée «très accommodante».Photo Daniel Roland. AFP

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

A Florange, «fatigué d’entendre tout et son contraire»
Un Elysée mieux géré à la fin de l'ère Sarkozy
Le piège du téléphone pas cher
Le secret bancaire suisse, une institution naufragée
Les salaires dans les pays développés ont baissé en 2011

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages