Sous-marins nucléaires: un couple américain inculpé pour espionnage aux États-Unis

·2 min de lecture

Ce mardi doit comparaitre pour la première fois un couple d’Américains qui pendant un an ont cru vendre des informations sur les sous-marins nucléaires à une puissance étrangère alors qu'il s'agissait en fait d'un agent du FBI sous couverture. Jonathan et Diana Toebbe ont été inculpés pour violation de la loi sur l’énergie atomique.

Des cartes SD cryptées dissimulées dans un paquet de chewing-gum ou dans une moitié de sandwich au beurre de cacahuète. C’est par ce biais que Jonathan Toebbe, un ingénieur employé au programme de propulsion nucléaire de la marine, et sa femme Diana ont cru, selon le ministère de la Justice, vendre des milliers de documents secrets sur les sous-marins nucléaires américains à une puissance étrangère.

Mais ladite puissance - dont on ne connait pas le nom - aurait révélé au FBI la proposition du couple dès le début ou presque. Le quotidien The New York Times s’étonne quand même que le renseignement américain n’ait reçu qu'en décembre 2020 le premier paquet, qui contenait déjà des documents sur les sous-marins, alors que le pays en question l’avait reçu dès le mois d’avril.

En tout cas, c’est le FBI qui répond positivement à la proposition du couple. Le piège est alors tendu. Selon le FBI, le couple se serait laissé convaincre de déposer toutes ces informations dans des lieux publics où il pouvait facilement être observé. En échange, ils auraient reçu pour 100 000 dollars en cryptomonnaie.

Le piège s'est finalement refermé ce samedi 9 octobre : une trentaine d’agents les ont arrêtés dans leur quartier de la classe moyenne d’Annapolis, près de Washington. Ils risquent la prison à vie.

► À lire aussi : Paris, grand perdant de l'alliance entre Canberra, Washington et Londres

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles