Sous-marins: la France attend des "preuves d'amour" de l'Australie pour restaurer des relations solides

·2 min de lecture
Emmanuel Macron et Scott Morrison le 15 juin 2021.  - Thomas Samson
Emmanuel Macron et Scott Morrison le 15 juin 2021. - Thomas Samson

L'ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thébault, a admis ce mercredi que restaurer des relations solides avec l'île-continent prendra du temps et que Paris ne croira "plus les belles paroles" de Canberra après la crise des sous-marins. "Désormais, par expérience, nous ne croirons plus les belles paroles, les promesses d'amour", a souligné Jean-Pierre Thébault qui s'est montré percutant lors d'une intervention devant le Club de la presse à Canberra.

"L'amour, c'est bien. Avoir une preuve d'amour c'est bien mieux".

L'ambassadeur, qui avait été rappelé par Paris après l'annulation d'un mégacontrat de sous-marins français, a estimé que "nous pouvons reconstruire quelque chose de substantiel, mais nous partons de très loin. Malheureusement".

Révélation d'un SMS d'Emmanuel Macron

Ce mardi, l'entourage d'Emmanuel Macron avait dénoncé les "méthodes très inélégantes" de Canberra après la révélation par la presse australienne d'un SMS envoyé par le président français au Premier ministre australien, Scott Morrison, deux jours avant la dénonciation du contrat.

"C'est un coup bas sans précédent", a déploré l'ambassadeur français, y voyant "peut-être la confirmation que nous n'étions pas considérés comme un allié".

Cette fuite, qui, vu d'Australie tendrait à montrer que Paris était au courant d'une menace sur le contrat, pourrait être une riposte australienne à la déclaration d'Emmanuel Macron qui a dit qu'il "savait" que Scott Morrison lui avait menti en lui cachant son intention de mettre fin à l'achat de 12 sous-marins français contre 55 milliards d'euros.

876450610001_6279996074001 "Agir ainsi envoie un signal très inquiétant à tous les chefs d'Etat: sachez qu'en Australie, il y aura des fuites. Ce que vous dites en toute confidentialité à vos alliés sera un jour utilisé et retourné contre vous", a-t-il mis en garde.

"Coup de poignard dans le dos"

L'ambassadeur est de retour à Canberra tout comme son homologue basé à Washington, qui avait lui aussi été rappelé par Paris. Selon Jean-Pierre Thébault, l'Australie a délibérément trompé Paris, dans ce qu'il qualifie de "coup de poignard dans le dos". Il a notamment reproché à Canberra de ne jamais s'être franchement concerté avec la France, ni d'"avoir partagé ouvertement ses réflexions" et "cherché des alternatives" à ce contrat "alors qu'il y a eu beaucoup d'occasions" de le faire.

Lors d'une conférence de presse ce mercredi à Dubaï, Scott Morrison a tenté de tirer un trait sur cet épisode, affirmant qu'il est temps de "passer à autre chose". "Je ne pense pas qu'il y ait un quelconque avantage pour quiconque à continuer dans cette voie", a-t-il déclaré. "Des affirmations ont été faites et des affirmations ont été réfutées, ce qu'il faut maintenant, c'est tous aller de l'avant".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles