Sous-marins français: l’Australie paiera 555 millions d’euros de compensation à Naval Group

L’affaire des sous-marins arrive à son épilogue: le gouvernement australien va verser à Naval Group 555 millions d’euros pour sceller la rupture de ce qu’on appelait le « contrat du siècle ». Un contrat rompu en septembre dernier au bénéfice des États-Unis et de la Grande-Bretagne, avec qui l’Australie est désormais engagée dans l’alliance sécuritaire Aukus, sans la France avec qui le nouveau Premier ministre australien espère malgré tout enterrer la hache de guerre.

Pour l’Australie, que Paris avait accusée de lui avoir donné un coup de poignard dans le dos, l’heure est venue de passer à l’amende, soit 555 millions d’euros pour solder la rupture d’un contrat qui aurait dû en rapporter 50 milliards. C’est la somme annoncée ce samedi 11 juin par le nouveau Premier ministre australien, Anthony Albanese qui estime que « c’est un règlement juste et équitable », rapporte notre correspondant à Sydney, Grégory Plesse.

À lire aussi : Après la crise des sous-marins, la France cherche sa place dans l'Indo-Pacifique

Plus de 2 milliards pour le contribuable australien


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles