Sous-marins: Biden oublie le nom du Premier ministre d'Australie au moment de le remercier

·2 min de lecture

CONTRAT - Une petite gaffe lors de l’annonce d’un gros contrat. Les États-Unis, qui cherchent à renforcer tous azimuts leurs alliances face à la Chine, ont annoncé, ce mercredi 15 septembre, avec l’Australie et le Royaume-Uni un vaste partenariat de sécurité dans la zone indo-pacifique, comprenant notamment la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra.

Sauf que lors de cette annonce, Joe Biden semblait avoir du mal à retrouver le nom du Premier ministre australien, Scott Morrison (voir la vidéo ci-dessus). “Je veux remercier ce confrère du sud, a lancé le président américain en s’adressant à Scott Morrison en vidéo conférence. Merci beaucoup mon pote. J’apprécie, monsieur le Premier ministre.”

“Un coup dans le dos”

Conséquence immédiate de cette annonce spectaculaire: l’Australie a rompu un gigantesque contrat passé auprès de la France pour la livraison de sous-marins conventionnels, provoquant la colère de Paris.

“La première grande initiative de (ce nouveau pacte appelé) AUKUS sera de livrer une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire à l’Australie”, a dit le Premier ministre australien Scott Morrison, apparaissant en visioconférence, ainsi que son homologue britannique Boris Johnson, lors d’un événement présidé par Joe Biden à la Maison Blanche.

La France, qui voit un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) échapper à son industrie navale, a aussitôt fustigé une “décision regrettable” et “contraire à la lettre et à l’esprit de la coopération qui prévalait entre la France et l’Australie”.

“C’est vraiment un coup dans le dos”, a regretté le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian jeudi 16 septembre sur France Info. “Cette décision unlilatérale, brutale, imprévisible ressemble beaucoup à ce que faisait Donald Trump”, a-t-il ajouté.

À voir également sur Le HuffPost: “Combien vaut une petite fille”, le témoignage poignant de Simone Biles au Congrès dans l’affaire Nassar

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles